Inquiétude des organisations environnementales sur les conséquences pour le Rhône en aval du Bugey de la canicule actuelle. Est.ce une situation prévue ou improvisée ?

Questions à L’ASNMadame, Monsieur,

Suite à la dérogation accordée pour ne pas respecter l’arrêté de rejets de la centrale nucléaire du Bugey et compte tenu que le site est obligé de laisser en fonctionnement le réacteur Bugey 2 qui rejette toute sa chaleur au Rhône, il est nécessaire de contrôler précisément les températures du fleuve et pas seulement de faire des calculs.
En plus le rejet d’eau chaude ne se mélange pas uniformément et des zones très chaudes peuvent se créer dans le fleuve jusque fort en aval.

Ces contrôles ne peuvent pas être laissés à la seule initiative d’EDF, il faut de la contre-expertise. Dans le dossier DARPE * , il y avait des thermographies de 2009 qui montraient bien qu’une veine chaude restait en rive droite jusqu’au confluent de l’Ain.
Nous exigeons que l’ASN mandate dès aujourd’hui une société spécialisée pour effectuer une série de thermographies des rejets thermiques actuels de la centrale.

Aujourd’hui EDF Bugey fait procéder à des pêches électriques pour son suivi environnemental, mais ce n’est pas suffisant, car la faune aquatique ne se limite pas aux poissons.

Je souhaiterais aussi que vous m’expliquiez cette phrase qui figure dans l’arrêté de dérogation du 15 juillet 2022 : « acceptables au regard du retour d’expérience de la surveillance de l’environnement spécifiquement réalisée par EDF lors d’épisodes caniculaires antérieurs » .

L’épisode actuel est unique avec un dépassement manifeste des limites de température de l’arrêté de rejet de 2014.

Si EDF a déjà observé des situations similaires lors d’épisodes caniculaires antérieurs, ça veut tout simplement dire qu’EDF n’a pas respecté les limites de température qui étaient prescrites. Ce point mérite un approfondissement.

Dans l’attente, sincères salutations.

* DARPE : Dossier d’Autorisation de Rejets et de Prélèvement en Eau