27 mai 2024

Le Faucon Crécerelle

Le retour du faucon crécerelle

Le photographe Benoît Renevey s’est plongé dans l’univers intime du faucon le plus répandu en Suisse.  Il avait failli disparaître de nos campagnes. Mais, grâce à la pose de simples nichoirs, le faucon crécerelle a fait son retour dans les campagnes romandes et semble aujourd’hui hors de danger.

Les caractéristiques de l’oiseau : La femelle du faucon crécerelle se reconnaît à son dos ocre-brun, tacheté de noir, et à sa tête de même couleur. Son ventre est clair et strié de noir. Les faucons sont ainsi nommés à cause de leurs ailes en forme de faux. Avec une longueur de 31 à 37 cm et une envergure de moins de 80 cm, la crécerelle figure parmi les faucons de petite taille. Le dos du mâle est plus roux et moins tacheté que celui de la femelle. Les plumes de sa tête forment un casque gris légèrement bleuté, rehaussé d’une moustache de même couleur. Les faucons crécerelles vivent à presque toutes les altitudes, dans de nombreux milieux ouverts. Ils affectionnent les prairies, les vergers et les zones riches en biodiversité.

La pariade : après avoir reçu plusieurs offrandes, la femelle accepte l’accouplement, qui ne dure que quelques secondes. Quelques semaines plus tard, elle couvera sa ponte. Pendant la période de parade, la femelle cesse de chasser et le mâle lui apporte des proies tout en assurant la surveillance du territoire.

Les fauconneaux : vers fin avril, la crécerelle pond entre deux et sept œufs roux ponctués de brun sombre à deux jours d’intervalle. Ils seront couvés essentiellement par la femelle pendant une trentaine de jours. Les poussins éclosent avec un premier duvet blanc, qui sera remplacé peu après par un deuxième de couleur grise. Le mâle chasse et procure la nourriture à toute la famille. Mais c’est la femelle qui leur donne généralement la becquée après avoir échangé la nourriture avec le mâle à l’extérieur du nid. Les fauconneaux s’emplument progressivement et s’envolent à 27-35 jours. Les adultes les prennent en charge pour l’apprentissage de la chasse jusqu’à l’âge de 2 mois.

Pour nicher : comme tous les faucons, la crécerelle ne construit pas de nid. Dans les falaises, son milieu originel, elle se contente de creuser une cuvette dans le sable ou la terre sur une corniche abritée. Sur les bâtiments, elle s’établit dans des ouvertures, sur des corniches, des rebords de fenêtre et, bien sûr, dans des nichoirs.

Pour chasser : comme suspendu par un fil invisible, le faucon crécerelle pratique un vol stationnaire caractéristique dit en Saint-Esprit, queue déployée et battement rapide des ailes comme un colibri. Tête vers le bas et yeux rivés au sol, il fait du surplace en scrutant champs et pâturages à la recherche d’une proie. Cette manière de chasser très coûteuse en énergie est surtout pratiquée de manière intensive lorsque les deux adultes nourrissent leur progéniture qui quémande.
Le régime alimentaire du faucon crécerelle : le campagnol est sa proie préférée et en fait un allié de valeur pour les agriculteurs. En posant des nichoirs sur leurs domaines, ils évitent l’emploi de pesticides tout en régulant la population de ces «nuisibles».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.